Lieux

Les bâtiments agricoles

Dans le centre du hameau tout autour de ma maison, il y a des bâtiments agricoles servant à l’ancienne ferme de mon grand-père.

Un ensemble à l’ouest de la maison :
– Une étable qui pourra peut être servir d’atelier collectif avec un grenier aménageable servant autrefois pour le stockage du foin.
un hangar ouvert pour stocker du bois,
Un ancien pressoir pouvant être rénover en lieu d’habitation.

Un ensemble au Nord de la maison :
Une ancienne petite maison en terre battue à rénover,
Une petite maison habitable hébergeant Paul autrefois,
Un corps de ferme attenant comprenant  3 granges qui servaient à stocker des outils et du bois. Il peut être rénover en gîte avec chambres à l’étage par exemple.
Un atelier avec une mezzanine.
un hangar ouvert pour stocker,
3 soues à cochons.

L’ancienne ferme

L’ancienne ferme de mon grand-père est composé de bâtiments agricoles (granges, hangars et abris pour les animaux) et de champs agricoles.

Roger, Marie-Thérèse et Paul y élevait une quizaine de vaches pour leur lait et leur viande. Ils avaient également des volailles, des lapins et des cochons pour leurs consommations personnels.

Bien entendu, ils cultivaient leurs parcelles avec un cheval de trait puis un tracteur pour l’alimentation de leurs bêtes (pâturage ou céréales). Ils avaient également plusieurs potagers pour se nourrir ou pour échanger avec les voisins ou la famille.

Un verger pour faire du cidre et de nombreux arbres entretenus servaient pour se chauffer ou pour fabriquer des objets diverses (manches, paniers, sabots…).

Les champs

Nous avons hérités de 25 Hectares de champs agricoles dans le hameau.
Ces terres sont actuellement cultivées ou pâturées par des vaches laitières et sont louées en fermage par l’agriculteur du village.  A voir avec lui si on veut récupérer 1 ou 2 Ha pour cultiver des céréales pour nos poules ou faire pâturer nos autres animaux (moutons, chèvres, cochons…).
Ces parcelles sont clôturées et entourées de haies bocagères que l’on replante quand cela est nécessaire. Il y a des espèces locales : charme, chêne, noisetier, frêne, érable, cornouiller…

Les mares

Il y a 8 mares dans notre village de La Quidais.  Cela a une vraie valeur en terme de biodiversité. Elles ont peut être été creusées pour récolter les pierres servant aux bâtis.
Il faut les entretenir régulièrement pour pouvoir y pêcher,  Des poissons comme des gardons, carpes, brochets, anguilles ont été attrapés pour les manger ou les relâcher dans d’autres mares selon les besoins.
Les bêtes peuvent aussi s’y abreuver, ainsi que les animaux sauvages vivant dans le village.

Le grand verger

Nous avons hérité d’un grand verger dans le village. Il est composé de pommiers et de poiriers. C’est grâce à ses fruits que l’on fait un délicieux jus de pommes dans une coopérative (pressage et mise en bouteilles).

Mais les arbres sont vieux de 30 ans et il est temps de les renouveler. Nous avons donc remplacés dernièrement ses vieux fruitiers. Nous avons diversifiés les espèces (noyers, figuiers…), tuteurés et protégés des chevreuils. Certains sont à greffer l’année prochaine.

Ce verger est clôturé pour les vaches et entouré de haies indigènes.

Mes jardins

Ayant un jardin assez grand avec ma maison, il est possible :

  • d’y faire des potagers pour avoir des légumes ou des plantes aromatiques.
  • il est bien également d’y planter des arbres pour avoir des fruits entre autres.
  • Pour la beauté et la biodiversité,  de beaux massifs de  vivaces seront composés
  • On peut élever sur la grande parcelle des petits animaux (poules pour les oeufs et chair…).
  • On peut même penser à faire du pain au levain et avoir quelques ruches pour le miel.

Et bien d’autres productions à prévoir : confitures, champignons

Nos jardins

Près de ses bâtiments agricoles se trouvent plusieurs petits jardins :

Près de l’étable, il y a un ancien potager clôturé par des palis d’ardoises et un espace de stockage dallé,
Autour du pressoir il y a une pelouse, un poulailler, des clapiers et une mare derrière ainsi que 3 chênes centenaires séparant un terrain en vente également.
Près de la petite maison, il y a ancien potager arboré, un poulailler et des cages à lapins. Un petit verger est aussi en place au fond et un grand jardin.

Notre bois

Un petit bois est situé en bas du verger, près de la rivière La Cône.
Il y a une gestion sylvicole à opérer dessus en coupant les bons arbres. A savoir :
– des gros arbres pour les bûches de chauffage ou en bois d’oeuvre,
– des arbustes pour du petit bois de chauffage,
– Les branches secondaires peuvent être mises en fagots.
– des branches mortes à ramasser pour faire des abris à animaux sauvages.
Cela permettra de libérer de l’espace et donc faire pousser de jeunes plants qui sont dessous.

Mon grand jardin

C’est une parcelle qui fait 2800 m² et qui est située dans le prolongement du petit jardin. Avant, c’était une prairie où pâturait un cheval et donc cette terre argileuse n’a donc pas été travaillée auparavant.

Nous avons réaliser des 9 carrés potagers avec une motobineuse pour décompacter, la grelinette pour aérer, et un bon paillage dessus tout l’hiver : foin, compost, déchets verts mélangés (branches de taille + tonte de gazon), feuilles, fumier. Les allées de pelouse sont assez larges pour passer un véhicule ou la tondeuse auto-portée.

Des arbres et arbustes sont plantés au fond de la parcelle et dans la prairie.
Des vivaces sont disposés dans des massifs ou autour des carrés potager.

A l’entrée de ce terrain :
– il y a un garage pour stocker,
– une terrasse pour mettre une table et des chaises.
– un poulailler avec 4 poules (2 rousses et 2 nègres de soie) qui se promènent dans un grand parcours définis par des clôtures mobiles ou en liberté selon la saison.
Un autre abri pouvant héberger plus tard un mouton et une chèvre pour pâturer dans la zone laissée enherber.

Un lieu de stockage pour les déchets verts récupérés sur les chantiers :
– Un andain composé de déchets de taille de haies avec des tontes de gazon à déplacer dans les carrés potager chaque début d’hiver.
– Des branches droites destinées à être broyées.
Un tas de broyat de branches (BRF) pour pailler durablement au pied des arbres.
Des bûches de bois rangées et bâchées pour le chauffage du poêle.
– Du foin pour pailler les massifs et potagers.

Les contours de la parcelle se composent :
– d’une haie de prunellier face à la route, qui sera à remplacer par une haie variée.
– une clôture séparant du jardin du voisin du fond. Une haie mixte sera également à implantée.
Une haie de chênes, de prunellier et d’aubépines sera à modifier.
Une clôture avec la basse-cour d’un autre voisin.
Une haie variée avec une voisine à entretenir.

 

 

 

 

Mon petit jardin

Il est situé devant la maison (en face de la terrasse) et compte 200 m².

Il est divisé en 2 parties :
– Des vieux poiriers devant et derrière une zone potagère à cycle court (ex : radis) et des petits fruitiers au fond (framboisiers, cassissiers, groseilliers).
– une surface de plantes aromatiques (thym, romarin, basilic, persil, menthe) et des ornementales (bulbes : muscaris, narcisses).

 

Des allées permettent de circuler aisément tout autour.
Au bord de la route, il y a des arbustes (pommier, cerisier, forsythia) complétés par des vivaces  entre.
De l’autre côté, il y a une haie de chèvrefeuille arbustif qui sépare de la maison de ma voisine qui est rarement là.

Il y a également un composteur, un tuyau d’arrosage provenant du puits et un fil à linge.
Au fond se trouve une petite cabane à rénover pour mettre les outils de jardinage.
A côté, des toilettes sèches existantes sont à refaire et peut être installer une douche solaire.