Sol

Le sol se forme à partir de la roche mère et est le produit de l’altération, du remaniement et de l’organisation des couches supérieurs sous l’action de la vie, de l’atmosphère et des échanges d’énergies.

Les différentes couches du sol :

  1. Litière
  2. Humus
  3. Mélange minéral et organique
  4. Altération de la roche
  5. Roche mère

————————————————————————————————————————————————

La texture du sol (trié en fonction de sa granulométrie) :

  1. pierres, cailloux, graviers,
  2. Sables : favorise la perméabilité de l’eau et de l’air, entraîne la division de la structure et est inerte.
  3. limons : croûte de battance possible qui rend le sol imperméable,
  4. Argiles : absorbe l’eau et les sels minéraux et est un élément de cohésion,
  5. Matière organique : décomposition de la litière grâce aux micro-organismes, l’eau et l’air.

————————————————————————————————————————————————

La structure du sol : selon la texture du sol, sa composition chimique et son PH, on distingue  3 types de structures :

  1. particulaire : le sol n’a pas d’agent de liaison (pas d’agile ni humus),
  2. compacte : le sol est constitué de fines particules qui font bloc, donc imperméable,
  3. fragmentaire : structure intermédiaire entre les 2 autres.

Cette structure fragmentaire grumeleuse est idéal car elle permet :

  1. Une bonne pénétration des racines,
  2. Une meilleure alimentation de la plante en eau et sels minéreaux,
  3. une vie organique du sol plus intense.

————————————————————————————————————————————————

Le complexe argilo-humique (CAH)

Il soude les éléments grossiers entre eux et forme des agrégats poreux ou peuvent circuler l’air et l’eau.

Les trois sels minéraux les plus importants pour une plante sont l’azote (pour la croissance), le phosphore (pour les racines) et le potassium (pour la floraison).

Le CAH a la capacité de fixer certains oligo-éléments tels que le calcium, le magnésium, le fer, la manganèse, l’amonium, l’aluminium…

Par contre,le CAH ne peut pas en accrocher certains et sont donc lessivés s’ils ne sont pas rapidement absorbés par la plante : nitrate, souffre, chlore…

————————————————————————————————————————————————

Le potentiel d’hydrogène (PH)

Il est une mesure permettant de qualifier l’acidité (PH < 6.5), la basicité (PH > 7.2) ou la neutralité (PH compris entre 6.5 et 7.2) d’un sol.

L’acidification ou la décalcification d’un sol est très lente naturellement mais peut être accélérer par des apports d’engrais (ex : cendres de bois pour un sol trop acide).

————————————————————————————————————————————————

L’eau dans le sol

Dans le sol, l’eau se trouve dans les espaces vides de la structure.

Selon son emplacement dans sa porosité, l’eau sera sous 3 formes différentes :

  1. Eau de gravité ou de saturation : après une pluie ou un arrosage, l’eau pénètre dans les espaces lacunaires.  On distingue la circulation rapide par gravité de celle à circulation lente par saturation.
  2. Eau capillaire absorbable : film épais autour des agrégats qui est utilisable par la plante par ses poils absorbants.
  3. Eau inutilisable par la plante : l’eau est fortement retenue par les agrégats en une pellicule fine et ne peut être absorbée par les racines. Mais elle a un rôle important pour le maintien de la structure du sol.

Ces 3 états définissent les 3 seuils de l’hygrométrie du sol :

  1. Point de saturation : sol gorgé d’eau et donc asphyxiant (ex : les tourbières),
  2. Point de ressuyage : l’eau de gravité s’est évacuée en réserve utile pour la plante (état idéal de culture),
  3. Point de flétrissement : la réserve utile est épuisée et l’eau est inutilisable par la plante qui flétrit.

NB : Il vaut mieux arroser abondamment une jeune plante mais pas trop souvent (attendre début du flétrissement) pour que le système racinaire se développe en profondeur pour qu’il aille chercher l’eau de gravité qui descend progressivement si la structure du sol est bonne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.